• Bienheureuse trêve

    Bienheureuse trêve

     

    Quand le soir, lentement, descend sur la colline,

    Et que mes yeux fiévreux se posent sur la mer

    Aux reflets sinueux jetant de brefs éclairs,

    La lune y reflétant sa blancheur opaline,

     

    Je goûte la douceur d'un vieux jour qui s'achève,

    Aux gouttes de chagrin se mêlant à la peur,

    Au parfum de jasmin à ses plus tendres heures.

    Je hume la senteur d'une paisible trêve.

     

    Bientôt, un nouveau jour aux capiteuses essences

    Se déploiera autour du vide de l'absence,

    Avec ses pluies acides et ses arômes d'ange.

     

    Car ainsi va la vie qui court comme le vent

    Ainsi se meut l'amour au parfum d'innocence,

    Battement infini des cœurs au bois rêvant.

     

     Sérénita

     

     

     

    Partager via Gmail Pin It

    Tags Tags : , , ,