• Dans le bruissement du feuillage...

     

    Dans le bruissement du feuillage...

     

     

    Un arbre ne te dira jamais, quand tu l'enlaces

    pour puiser en sa sève l'énergie dont tu as besoin :

    - Pas maintenant,

    ou

    - Reviens plus tard,

    ou 

    - Je t'ai déjà donné, ne reviens plus.

     

    Une fleur ne te dira jamais :

    - Mon parfum est trop fort pour toi, tu ne pourrais le supporter,

    ou

    - Mon parfum n'est pas pour toi, je le réserve à un(e) autre,

    ou

    - Tu l'as déjà suffisamment respiré, va donc voir mes voisines.

     

    Un oiseau, jamais ne sifflera :

    - Je réserve mon chant à tous ceux qui m'écoutent,

    ou 

    - Je continue de chanter seulement pour les bienheureux.

    Non, l'oiseau chante la vie et la joie de la vie, sans discernement. 

    Il chante pour l'heureux et le malheureux,

    le puissant et l'indigent,

    le beau et le laid,

    l'intelligent et le simple d'esprit,

    le croyant et l'athée...

     

    Alors, si personne parmi les humains, ne peut remplacer cet être qui te manque,

    celui(celle) qui ne peut ou ne veut répondre à tes sentiments,

    aie une dernière pensée d'amour pour lui(elle),

    dans le secret de ton coeur,

    puis laisse-le(elle) quitter ton esprit,

    libre et heureux.

     

    Ensuite, abandonne pour quelques instants ton écran, 

    tes livres et tes cahiers,

    tes partitions et tes toiles,

    et même tes pensées.

    Sors au contact de la nature.

    Elle seule, généreuse et fidèle,

    peut te comprendre jusqu'au fond de l'âme

    et te recevoir spontanément, sans arrière-pensée.

    Parce qu'il y a en elle un parfum d'infini,

    un mystère insondable et fascinant,

    une parcelle de divinité,

    cette lumière étrange 

    vers laquelle nous nous sentons tous

    irrésistiblement attirés,

    comme le tournesol est attiré par le soleil.

     

    Alors, seul à seul avec toi-même,

    dans le bruissement du feuillage,

    dans la douce caresse du vent sur ton visage,

    dans chaque son,  même le plus imperceptible,

    tu goûteras, apaisé,

    la plénitude de la sérénité.

     

    Sérénita

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Octobre 2014 à 23:17

    Bonsoir Sérénita.

    Ton texte est d'une beauté immense.

    Tu nous offres un cadeau inestimable en nous rappelant combien la nature donne tout sans condition et peut emplir notre âme de cette sérénité bienfaisante, capable de combler tous les manques de l'esprit.

    Cette communion avec notre terre et tout notre environnement est apaisante et ne déçoit jamais.

    Puissions-nous toujours nous rappeler cette source de plénitude et faire pour elle ne serait-ce qu'un dixième de ce qu'elle fait pour nous, afin de la préserver.

    Bonne semaine à toi. Bisous

    2
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 08:29

    Bonjour ma chère Françoise,

    Je te remercie infiniment.

    Réussir à convaincre tous les êtres humains que notre belle planète a besoin d'eux, est mon plus cher désir, alors si je réussis ici à toucher quelques coeurs, j'en suis ravie !

    Belle et douce journée d'automne.

    Gros bisous,

    Sérénita

    3
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 15:05

    Coucou !

    Sois rassurée : j'ai la conviction que tu touches BEAUCOUP de coeurs !

    Continue comme ça, c'est du bonheur pour tous.

    Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :