• 1%

    "Le nombre minimal de personnes requises pour "déclencher" un changement de conscience est celui-ci : 1%.

    Les anciens mystiques ont rappelé à notre cœur, comme les expériences modernes l'ont prouvé à notre esprit, que la plus puissante force de l'univers réside en chacun de nous. Et c'est là le grand secret de la création elle-même : le pouvoir de créer dans le monde extérieur que nous imaginons par nos croyances. Cela peut sembler trop simple pour être vrai, mais  je crois que l'univers fonctionne précisément ainsi.

    Quand Rumi, le poète soufi, affirme que nous avons peur de notre immortalité, peut-être entend-t-il par là que c'est en réalité le pouvoir de choisir l'immortalité qui nous fait peur.

    ...

    Peut -être n'avons-nous besoin que d'un petit changement pour voir que nous sommes les architectes de notre monde et de notre destin, des artistes  cosmiques exprimant leurs croyances extérieures sur le canevas de l'univers. Si  on peut se souvenir qu'on est autant le tableau que l'artiste, peut-être alors peut-on se souvenir aussi qu'on est autant la semence que le miracle lui-même. Si nous pouvons effectuer ce petit changement, nous sommes déjà guéris dans la Divine Matrice."

    Gregg Braden - La Divine Matrice

     


    13 commentaires
  • "Le poète anglais William Blake reconnaissait le pouvoir de l'imagination comme l'essence de notre existence, non comme quelque-chose dont nous faisons simplement l'expérience à l'occasion, dans nos temps libres. L'homme est imagination, disait-il. Il précisait même ainsi : «Le corps éternel de l'homme est l'imagination, c'est-à-dire Dieu lui-même». Le poète et philosophe John Mackensie a expliqué davantage notre relation avec l'imagination dans les termes suivants : «On ne peut pas maintenir très bien la distinction entre le réel et l'imaginaire, car tout ce qui existe est imaginaire. Selon ces deux citations, les événements concrets de la vie doivent d'abord être vus comme des possibilités avant de pouvoir devenir des réalités». Cependant, pour que les idées imaginaires d'un moment du temps deviennent la réalité d'un autre moment du temps, ces deux moments doivent être liés par quelque-chose. Il doit donc y avoir dans le tissu de l'univers une connexion entre les imaginations passées et les réalisations présentes ou futures. Einstein croyait fermement que le présent et le futur étaient intimement liés dans la quatrième dimension, une réalité qu'il appelait espace-temps. La distinction entre le passé, le présent et le futur, disait-il, n'est qu'une illusion bêtement persistante. Ainsi, nous découvrons et commençons à peine à comprendre que nous sommes connectés non seulement à tout ce que nous voyons aujourd'hui dans notre vie, mais aussi à tout ce qui a jamais existé, de même qu'à des choses qui n'existent pas encore. En outre, ce dont nous faisons l'expérience maintenant est le résultat d'événements qui se sont produits (au moins en partie) dans une sphère de l'univers qui nous est invisible."

     

     

    "L'ancienne tradition et la science moderne semblent affirmer toutes deux que ce que nous voyons comme les relations visibles de la "vie" n'est rien de plus ni rien de moins que le reflet de ce qui se passe dans une autre sphère impossible à percevoir d'où nous sommes dans l'univers. Ce n'est pas parce que nous ne pouvons observer ces événements qu'ils ne sont pas réels. En fait, les anciennes traditions laissent entendre que le monde invisible est "plus" réel que le monde visible ! Comme le disait David Bohm, nous ne sommes tout simplement pas en mesure d'apercevoir cette "réalité plus profonde" de l'endroit où nous nous trouvons dans l'espace-temps.

    Même si nous ne pouvons voir directement à l'intérieur de cette réalité invisible, nous possédons des indices de ce qui s'y passe, car nous en voyons le reflet dans notre vie. Au IVème siècle, par exemple, les évangiles gnostiques utilisaient aussi le mot esprit pour désigner cette force."

     

    Gregg Braden - "La Divine Matrice"


    9 commentaires
  • Un merveilleux texte à découvrir, conseillé par capitaineecho et relayé par Aloysia.

    Merci à vous deux pour le partage de cette petite perle.

    C'est ici 

     


    2 commentaires
  • Qui a raison, qui a tort ?

     

     

         Quatre aveugles discutaient autour d'un éléphant paisiblement debout dans les jardins d'un cirque.

    Le premier, de ses deux mains, entoura une jambe du puissant pachyderme.

    - L'éléphant, dit-il, est un animal en forme de colonne. Comme celles qui soutiennent les temples de nos divinités.

    - Non, dit le second, en saisissant la trompe. C'est une bête longue, comme un serpent boa, faite comme les tuyaux de roseau qui arrosent nos jardins.

    - Pas du tout, dit le troisième, s'accrochant à une oreille. C'est un animal  tout plat et large, comme une feuille de bananier géante, ou comme les éventails que balancent les  serviteurs pour éventer les maharajas.

    - Vous n'y êtes pas, lâcha le troisième qui tentait vainement d'attraper la queue du mastodonte, cette bête n'est qu'un fouet que le maître utilise pour battre son esclave. Ou encore un chasse-mouche réservé à  nos princes.

    Le ton montait. Un homme sage, passant par là, entendit la discussion et s'approcha.

    Les aveugles le prirent à témoin pour le prier de les éclairer.

    "Le premier d'entre vous a tort. L'éléphant n'est pas fait tel une colonne de temple."

    Les trois autres se réjouirent alors.

    "Le second d'entre vous est également dans l'erreur. L'animal n'est pas un serpent non plus."

    Les deux autres aveugles se réjouirent alors.

    "Le troisième d'entre vous n'est pas plus inspiré. La bête ne tient ni du bananier ni de l'éventail."

    Le quatrième aveugle exulta alors, certain d'avoir raison.

    "Le quatrième d'ente vous est aussi ignorant que les trois autres. Ce n'est pas le fouet non plus, celui que vous mériteriez à vouloir tous posséder la vérité.

    L'éléphant est un peu de tout cela."

    Ainsi se querellent les hommes d'esprit étroit, qui ne voient qu'un aspect de la divinité."

     

    Ramakrisna

     

     

     

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  • "La plupart des étiquettes viennent de gens qui ont besoin de décrire ce que vous n'êtes pas, car il est plus facile pour eux de prédire ce que vous ne pouvez pas être, que de prédire ce que vous pouvez être. : elle n'a aucun talent artistique. Comme il est un peu gauche, il ne deviendra jamais un athlète. Il n'a jamais été doué pour les mathématiques. Comme il est un peu timide, il ne pourra jamais travailler dans le public. On vous l'a répété si longtemps que vous en êtes venus à le croire. Vous avez pris l'habitude de considérer vos dons et votre potentiel sous cet angle. Comme le suggérait William James, le génie est celui qui est capable de changer sa façon de penser, de se débarrasser de ses vieilles habitudes et de s'ouvrir à la possibilité de la grandeur."

    Dr Wayne W. Dyer - Le pouvoir de l'intention


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique