• Les roses des pierres

     

    La vie est un grand terrain de jeux.

    Au cours de ma vie, j’ai joué à de nombreux jeux.

    Parfois j’ai gagné, parfois j’ai perdu.

    J’ai ri et j’ai pleuré.

    J’ai chanté, dansé, mais mon corps m’a trahi plusieurs fois.

    Car la vie est ainsi faite,

    qui vous donne un jour

    et vous reprend le lendemain.

    La vie peut être une longue nuit qui s’étire douloureusement

    ou une aube éternelle illuminée de soleil.

    Sur ma route, j’ai rencontré de ces êtres merveilleux

    qui vous font dire que l’amour existe réellement,

    et puis d’autres, plus sombres et malveillants

    qui vous font douter de vous-même.

    J’ai aimé et j’ai goûté à ce bonheur d’aimer

    qui se suffit à lui-même et n’attend rien en retour.

    Mais j’ai pleuré d’amour aussi.

    J’ai fait quelques tours et détours sur mon chemin

    pour, finalement, revenir à la source.

    Sur ce chemin pavé de pierres,

    je n’ai vu que des roses,

    parce que c’était ce que mon cœur me montrait.

    Aujourd’hui je ne regrette rien,

    absolument rien de tout ce que j’ai vécu.

    Car c’est ce qui m’a conduite ici,

    où chante la rivière d’amour,

    où fleurissent les roses du cœur au parfum de tendresse.

     

         Quand la vie nous envoie une épreuve douloureuse, sur le moment nous ne comprenons pas. Nous nous disons parfois : pourquoi ça ? Pourquoi à moi ? Qu’ai-je fait pour mériter ça ?

       Mon Dieu, pardonne-moi d’avoir douté, parce que je l’ai dit, moi aussi. Plusieurs fois.

         Mais j’ai réalisé une chose essentielle : le soleil brille de la même façon pour chacun d’entre nous. Les étoiles scintillent pour nous tous. Le vent souffle sur tous les cœurs. Et l’appel du large est ce même souffle qui nous anime depuis toujours et pour toujours.

        J’ai appris autre chose de la vie : le regard que l’on pose sur les choses est plus réel que la réalité elle-même. Quand nos yeux voient des roses là où ne subsistent plus que des pierres, le monde nous appartient. Nous goûtons alors à la vraie liberté. La joie et l’amour nous habitent pour l’éternité.

    Sérénita

    Partager via Gmail Pin It

    12 commentaires
  •  

    Ce que l'esprit humain perçoit comme l'explosion d'une pensée, la négation d'un concept, n'en est parfois que le simple révélateur. 

    Il suffit d'observer les choses sous un autre angle ou bien d'opérer une relecture, pour s'apercevoir que les contraires se rejoignent et que les antagonismes s'attirent. 

    Pour mieux reformer l'unité des atomes d'amour.

     

    Sérénita

     

    Partager via Gmail Pin It

    4 commentaires
  • Il nous arrive parfois d’être déçus par la vie, quand un projet n’aboutit pas, quand une expérience se révèle négative, quand notre attente vis-à-vis d’un être ou d’une chose est déçue, quand une personne que nous aimons n’éprouve pas les mêmes sentiments à notre égard, quand l’amitié que nous avions offerte se voit trahie… Il existe de multiples raisons d’en vouloir à la vie, au mauvais sort, à la malchance, de multiples raisons aussi de rendre les autres responsables de nos échecs ou de nos malheurs. Une infinité de raisons.

    Mais une seule bonne raison de se remettre debout et d’avancer pour découvrir ce que la vie nous réserve pour demain : la vie n’est qu’une suite d’expériences à vivre et les forces nécessaires pour les affronter résident en nous-mêmes.

    Le Soi est le seul endroit du monde où ne nous pouvons être déçus, si toutefois nous ne le laissons pas phagocyter par les éléments extérieurs. Car le Soi sait, d’instinct, ce qui est bon pour lui-même. Toutefois, comme un lutin facétieux, il nous joue parfois des tours, en plaçant justement sur notre route des obstacles, des épreuves, certains d’entre eux pouvant se révéler positifs et d’autres négatifs. Il nous fait aussi rencontrer des personnes, certaines pacifiques et bienveillantes, d’autres animées d’intentions troubles, négatives ou malveillantes. Mais dans tous les cas, les expériences vécues, les personnes rencontrées, sont venues nous apprendre quelque chose sur nous-mêmes, ce quelque chose utile à notre évolution personnelle. Alors accueillons et remercions la vie pour ce qui survient et qui représente à chaque fois une nouvelle opportunité de grandir.

    Sérénita

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  • Ecrire pour quelqu'un

     

    Écrire pour quelqu’un, c’est ouvrir une porte vers d’autres cieux.

    Écrire pour quelqu’un, c’est recouvrir l’horizon d’une douce lumière.

    Écrire pour quelqu’un, c’est voguer en riant vers une île de beauté.

    Écrire pour quelqu’un, c’est offrir à son âme un parfum d’infini.

     

    Sérénita

    Partager via Gmail Pin It

    14 commentaires
  •  

    Le cœur de l’homme est son île de bien-être ou son tombeau. Son paradis ou son enfer. Son ouverture vers un nouveau monde, fait de paix et d’amour ou sa déchéance.

    Nous en avons en ce moment une parfaite illustration avec ces deux chefs d’états qui se disputent le sort de l’humanité à grands coups de phrases assassines qui ressemblent à des coups de poignards. Comme des gosses un peu bagarreurs qui se disputent dans la cour de récréation. « C’est toi qui as commencé ! » « Non c’est toi !» « Attention si tu continues… » « Non, toi, attention si tu continues… ». Et les journalistes qui croient bon d’en rajouter : « X a dit ceci, donc Y est obligé de dire cela, pour ne pas perdre la face. » Quelqu’un me disait récemment en parlant des adultes que nous sommes : nous pouvons nous maîtriser, nous ne sommes plus des enfants. » Ah bon ? En êtes-vous si sûr ?

    Autre exemple très significatif : les réfractaires aux nouvelles lois visant à interdire les pesticides nuisibles à la santé de TOUS, dont tout le monde sait que ceux-ci sont cancérigènes et même mortels. Mais alors, puisque leur santé est concernée tout autant que celle des autres, pourquoi s’y opposent-ils ? Tout simplement pour préserver les ressources financières d’une petite poignée d’entre eux. Idem pour les fabricants de vaccins qui vous affirment « en toute innocence » en vous regardant droit dans les yeux que onze vaccins inoculés en même temps (ou presque) sur des bébés est tout à fait inoffensif.

    Et les exemples sont nombreux. Inutile de les énumérer, tout le monde les connaît.

    Les grandes décisions se prennent dans le cœur des hommes, là où se nichent leurs espoirs, leurs rêves, ou au contraire leurs frustrations, leurs rancœurs. Là où cela devient grave, c’est lorsque ces hommes sont garants de la paix, de la fraternité, de la liberté, lorsque leurs fonctions les font gardiens de l’humanité.

    Constat alarmiste, me direz-vous. Non, pas du tout. Juste réaliste. Et la bonne nouvelle, sans laquelle nous n’aurions plus qu’à nous allonger et dormir en attendant qu’arrive le pire, - ou pas… -c’est que nous sommes des milliers, des centaines de milliers, des millions, et le chiffre ne fait que grandir, à jouer en nos cœurs, nous aussi, mais le grand jeu de la paix, de l’amour, de la fraternité. Et à un contre mille, qui gagne le plus souvent ? Certains diront que je suis une grande utopiste. Eh bien attendons, nous verrons bien…

    Sérénita

    Partager via Gmail

    16 commentaires