• Le chasseur et le gorille

    Un jour, un chasseur pénétra dans la forêt, s’égara et tomba dans un trou

    profond d’où il ne put ressortir. Il appela des jours entiers, de plus en plus

    faible et de plus en plus affamé. Finalement, le Bouddha-gorille l’entendit et

    s’approcha. En voyant les parois abruptes et glissantes, il dit à l’homme :

    « Pour être sûr de sortir de là sans te blesser, je vais d’abord m’entraîner avec

    des pierres. » Le gorille fit rouler des pierres de plus en plus grosses dans le

    trou puis les remonta l’une après l’autre. Il fut enfin prêt pour l’homme. Avec

    avoir grimpé péniblement en s’agrippant à des rochers et à des lianes, il

    poussa l’homme à l’extérieur et se servit de ses dernières forces pour

    s’extirper. L’homme regarda autour de lui, très heureux de retrouver la

    liberté. Le gorille gisait à côté de lui, haletant. L’homme dit alors : « Merci,

    gorille. Peux-tu m’aider à quitter cette forêt ? »

    — Oui, répondit le gorille, mais je dois d’abord dormir un peu pour retrouver

    mes forces. » L’homme observa le gorille en train de dormir et se mit à

    réfléchir : « J’ai très faim. Je peux sortir de cette forêt tout seul. Ce n’est qu’un

    animal. Je pourrais lui écraser la tête avec une de ces pierres, le tuer et le

    manger. Pourquoi ne pas le faire ? L’homme souleva une des pierres le plus

    haut possible et la projeta violemment contre la tête du gorille. L’animal hurla

    de douleur et se redressa rapidement, stupéfait et la face ensanglantée. Il

    regarda l’homme et lorsqu’il comprit ce qui s’était passé, des larmes lui

    montèrent aux yeux. Il secoua tristement la tête et dit : « Pauvre homme.

    Maintenant, tu ne pourras plus jamais être heureux. »

     

    Rick Hanson DR Richard Mendius - Le cerveau de Bouddha.

    Texte adapté de l’un des contes de Jataka

     

     

    « La haine ne vainc jamais la haine. La haine se vainc par l’amour. C’est une loi éternelle. »

    Le Dhammapada

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Mai 2018 à 18:52

    Belle histoire, mais bien triste!

    L'égoïsme de l'homme, son manque de reconnaissance, sa facilité de tuer, ce sont aussi les caractères actuels que l'on trouve de plus en plus!

    J'ai 85 ans, Sérénita, et je ne me retrouve plus dans l'époque actuelle! Je ne suis pas au désespoir, car je pense être positive et voir ce qui est beau et bon!

    Mais je vois une certaine progression du mal et de la violence, c'est tout. 

    Ce conte doit nous conduire là où le seul remède existe : celui de l'amour!

    Je crois en celui de Jésus pour nous et que ce soit là pour moi, ailleurs pour vous, c'est là, la meilleure place!

    Je vous embrasse

    Gigi

      • Mardi 15 Mai 2018 à 11:31

        Bonjour Gigi,

        Il m'arrive aussi de penser que je ne suis pas à ma place sur cette planète où règne tant de violence et d'égoïsme entre les hommes. Certes, si l'on observe tout ce qui se passe autour du monde, on ne peut que constater l'augmentation de la haine et ce qui est pire encore, de la désinhibition des hommes par rapport à cette haine. On le constate surtout de la part de la jeune génération, désabusée, déshumanisée et laissée, très jeune, trop jeune, à la merci de toutes les manifestations virtuelles de la violence sous toutes ses formes, quand elle n'est pas carrément prise en otage par quelque extrémisme que ce soit. Comment s'étonner qu'un enfant très jeune, habitué à visionner des scènes d'une rare violence, que celles-ci soient réelles ou virtuelles, n'en vienne plus tard à pratiquer cette violence de manière totalement désinhibée ? Certains me diront que j'ai tort de penser comme ça (surtout les adeptes des jeux vidéos violents) que cela n'a rien à voir, que les êtres violents le sont parce qu'ils ne sont pas sains d'esprit. Mais je persiste et signe. Une société qui offre à de très jeunes enfants, au quotidien, des occasions de se repaître de violence et de sang, à  un âge où ils ne savent pas dissocier le réel du virtuel, ne peut engendrer que des adultes violents. Il serait temps que nos sociétés consuméristes en prennent conscience.

        Pour autant, je garde, quant à moi espoir en l'avenir. Car parallèlement à cette accélération de la violence, je constate que l'amour et les manifestations de l'amour augmentent dans la même proportion. 

        S'indigner face à la cruauté des hommes envers d'autres hommes, c'est faire preuve d'amour envers ceux que l'on maltraite. Et beaucoup d'entre nous s'indignent.

        Militer pour la sauvegarde de l'environnement et la protection des animaux, c'est faire preuve d'amour envers toute la création. On n'assisterait pas en ce moment à  une prise de conscience mondiale des méfaits des pesticides sur les abeilles et par extension sur tout ce qui vit sur terre, si de nombreux hommes et femmes n'avaient montré leur désaccord à ce sujet.

        Tendre la main à ceux qui souffrent, leur offrir un sourire, une oreille compatissante, c'est faire preuve d'amour, et beaucoup d'entre nous le font. Il ne faut pas aller bien loin, même ici, sur nos blogs, des gestes d'amitié se manifestent au quotidien, souvent entre personnes qui ne se connaissent que de manière virtuelle. C'est ainsi que nous pouvons créer des liens uniques et merveilleux d'amitié avec des personnes qui vivent à l'autre bout du monde. Ce qui m'est arrivé plusieurs fois depuis ces dernières années.

        Vous voyez, Gigi, nous avons toutes les bonnes raisons d'y croire encore, car c'est en toutes ces merveilleuses manifestations que Jésus se manifeste en nous smile.

        J'ai pris beaucoup de plaisir à discuter avec vous ce matin. Voilà bien encore  une des belles opportunités de la vie yes.

        Très belle journée !

        Bisous tendresse,

        Martine 

         

    2
    Mardi 15 Mai 2018 à 09:40

    bonjour Serinita tu vas bien

    je lisais ton histoire qui commence bien

    et voila l'homme a encore detruit 

    dommage le gorille etait plutôt gentil

    ha les hommes

    belle journée gros bisous

    Elyci

      • Mardi 15 Mai 2018 à 11:33

        Bonjour Elyci,

        Eh oui, le cœur de l'homme reste décidément le plus grand des mystères, quand il crée lui-même ses propres obstacles au bonheur arf.

        Belle journée à toi.

        Gros bisous,

        Martine

    3
    Jeudi 17 Mai 2018 à 22:55

    Bonsoir Martine,

    Bien des êtres se retournent vers le Divin lorsque les choses vont mal pour

    eux, alors qu'ils n'y pensent jamais quand tout va bien pour eux !

    à peine sont ils exhaussés qu'ils n'hésitent pas une seconde, après , à mordre

    la main qui les as soulagé...... Ces êtres sont incorrigibles , aveuglés, perdus...

    Je vais être sans doute sévère mais je dirai même irrécupérables .....

    Mais je sais que Dieu est plus grand que mon cœur tellement imparfait !

    ainsi nous comprenons mieux ceci : " pour les hommes cela est impossible, mais pour Dieu tout est possible !"

     

    Un très bon texte Martine qui incite à la réflexion !

    j'aime beaucoup

    bien amicalement

    claude yes

      • Jeudi 17 Mai 2018 à 23:16

        Bonsoir Claude,

        Il est vrai, en effet, que les hommes ont tendance à chercher Dieu quand ils vont mal et à l'oublier quand ils vont bien. Alors que le simple fait d'exprimer sa gratitude pour tout le bien dont on bénéficie au quotidien suffirait. Cela ne prend que quelques secondes. Mais ainsi est l'être humain. Heureusement que Dieu ne résonne pas comme nous smile.

        Belle et douce soirée à toi.

        Bien amicalement,

        Martine

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :