• Le chasseur et le gorille

    Un jour, un chasseur pénétra dans la forêt, s’égara et tomba dans un trou

    profond d’où il ne put ressortir. Il appela des jours entiers, de plus en plus

    faible et de plus en plus affamé. Finalement, le Bouddha-gorille l’entendit et

    s’approcha. En voyant les parois abruptes et glissantes, il dit à l’homme :

    « Pour être sûr de sortir de là sans te blesser, je vais d’abord m’entraîner avec

    des pierres. » Le gorille fit rouler des pierres de plus en plus grosses dans le

    trou puis les remonta l’une après l’autre. Il fut enfin prêt pour l’homme. Avec

    avoir grimpé péniblement en s’agrippant à des rochers et à des lianes, il

    poussa l’homme à l’extérieur et se servit de ses dernières forces pour

    s’extirper. L’homme regarda autour de lui, très heureux de retrouver la

    liberté. Le gorille gisait à côté de lui, haletant. L’homme dit alors : « Merci,

    gorille. Peux-tu m’aider à quitter cette forêt ? »

    — Oui, répondit le gorille, mais je dois d’abord dormir un peu pour retrouver

    mes forces. » L’homme observa le gorille en train de dormir et se mit à

    réfléchir : « J’ai très faim. Je peux sortir de cette forêt tout seul. Ce n’est qu’un

    animal. Je pourrais lui écraser la tête avec une de ces pierres, le tuer et le

    manger. Pourquoi ne pas le faire ? L’homme souleva une des pierres le plus

    haut possible et la projeta violemment contre la tête du gorille. L’animal hurla

    de douleur et se redressa rapidement, stupéfait et la face ensanglantée. Il

    regarda l’homme et lorsqu’il comprit ce qui s’était passé, des larmes lui

    montèrent aux yeux. Il secoua tristement la tête et dit : « Pauvre homme.

    Maintenant, tu ne pourras plus jamais être heureux. »

     

    Rick Hanson DR Richard Mendius - Le cerveau de Bouddha.

    Texte adapté de l’un des contes de Jataka

     

     

    « La haine ne vainc jamais la haine. La haine se vainc par l’amour. C’est une loi éternelle. »

    Le Dhammapada

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Mai à 18:52

    Belle histoire, mais bien triste!

    L'égoïsme de l'homme, son manque de reconnaissance, sa facilité de tuer, ce sont aussi les caractères actuels que l'on trouve de plus en plus!

    J'ai 85 ans, Sérénita, et je ne me retrouve plus dans l'époque actuelle! Je ne suis pas au désespoir, car je pense être positive et voir ce qui est beau et bon!

    Mais je vois une certaine progression du mal et de la violence, c'est tout. 

    Ce conte doit nous conduire là où le seul remède existe : celui de l'amour!

    Je crois en celui de Jésus pour nous et que ce soit là pour moi, ailleurs pour vous, c'est là, la meilleure place!

    Je vous embrasse

    Gigi

    • Voir les réponses
    2
    Mardi 15 Mai à 09:40

    bonjour Serinita tu vas bien

    je lisais ton histoire qui commence bien

    et voila l'homme a encore detruit 

    dommage le gorille etait plutôt gentil

    ha les hommes

    belle journée gros bisous

    Elyci

    • Voir les réponses
    3
    Jeudi 17 Mai à 22:55

    Bonsoir Martine,

    Bien des êtres se retournent vers le Divin lorsque les choses vont mal pour

    eux, alors qu'ils n'y pensent jamais quand tout va bien pour eux !

    à peine sont ils exhaussés qu'ils n'hésitent pas une seconde, après , à mordre

    la main qui les as soulagé...... Ces êtres sont incorrigibles , aveuglés, perdus...

    Je vais être sans doute sévère mais je dirai même irrécupérables .....

    Mais je sais que Dieu est plus grand que mon cœur tellement imparfait !

    ainsi nous comprenons mieux ceci : " pour les hommes cela est impossible, mais pour Dieu tout est possible !"

     

    Un très bon texte Martine qui incite à la réflexion !

    j'aime beaucoup

    bien amicalement

    claude yes

    • Voir les réponses
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :