• Le choix du coeur

          Tu t'interroges parfois : "Si j'avais fait ceci, il aurait pu se passer cela ; si je n'avais pas fait cela, il ne se serait pas passé ceci". "Si je dis ceci, se passera-t-il cela ? si je ne fais pas cela, se passera-t-il ceci ?" Le doute s'installe, parfois même, insidieusement un sentiment de culpabilité, ce sentiment acide qui brûle, ronge et détruit à petit feu. Alors que tout ceci n'est qu'illusion.

         L'important est le choix que l'on fait dans l'instant. Certes, il est un critère capital à respecter si l'on veut que ce choix ne soit ensuite entaché de confusion ou de honte : que ce choix soit celui du cœur. Quand tu as fait le choix du cœur, tu as fait le choix du respect de toi-même, donc du respect de la vie pour toi-même, mais aussi du respect de tous les autres, tes semblables, et donc de leur vie à eux aussi, de leurs vie à tous.

          Quoi qu'il arrive ensuite, ce choix reste gravé pour l'éternité, sur un autre plan, lequel n'est pas terrestre mais appartient à une autre dimension, celle de l'Amour. Un amour qui ne calcule pas, qui ne transige pas, qui ne s'altère pas, qui est et restera, quoi que tu fasses, mais qui se nourrit de ta décision et qui grandit à mesure que tu le nourris.

         Cet amour se nomme aussi la vie.

         Ce qui atteint le cœur de l'humanité, c'est ce qui atteint le cœur de l'homme dans son individualité. Quand tu as fait le choix du cœur, rien ni personne ne peut plus t'atteindre, car tu es alors fidèle à toi-même et à ce que tu es, de toute éternité : un être vivant et libre.

         Quoi qu'il arrive ensuite, et quelles que soient les circonstances extérieures, elles ne seront jamais qu'illusion. Ce qui importe, ce ne sont pas les résultats de tes choix, lesquels peuvent avoir été faits sur la base d'illusions ou de mensonges dont tu ignores les mécanismes et la cause, mais ce qui a guidé ces choix. Et si ces choix ont été ceux du cœur, ils ne sont jamais perdus. Ils sont toujours présents, près de toi, en cette autre dimension qui guide l'humanité depuis des millénaires et qui amènera celle-ci jusqu'à sa destination finale, quoi qu'il arrive. Car ces choix, ce sont ceux de la vie, cette vie qui est gravée en toi, comme en toutes choses en ce monde.

         Bien sûr, il serait vain d'ignorer les mauvais choix que l'on a faits par le passé, car ils ont nécessairement des conséquences, mais il est tout aussi vain de transporter leurs ombres culpabilisantes partout où l'on va, ce qui n'est d'aucune utilité et ne fait que mener vers des voies contraires à soi-même.

         Lorsque l'on a le sentiment d'avoir fait un mauvais choix, il est une solution toute simple et très facile à mettre en pratique : en faire un nouveau. Dans l'instant. Le choix du cœur. Le seul qui ait une réalité et qui soit créatif pour le soi et pour l'ensemble. Le seul qui soit libérateur pour le soi et pour l'ensemble.

         S'il était deux règles libératrices à respecter pour être heureux et rendre heureux, ce seraient celles-ci :

    - Faire le choix du cœur, toujours.

    - Le faire à chaque instant.

     

    Sérénita

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Mai à 14:49

    Ma chère Martine, ma très chère amie,

    Il n'y a rien à ajouter à ce texte que tu as écrit. Tout y est dit et il devrait avoir le mérite d'être rassurant pour toutes les personnes qui sont dans le doute.

    Il met à l'honneur une vérité immuable :

    Le choix du coeur est toujours le meilleur, quels que soient le résultat ou les conséquences qui viendront derrière : la sincérité des intentions, la voix intérieure qui nous pousse à faire notre choix, seront toujours les meilleures références sur lesquelles nous appuyer.

    Que chacun, dans le doute, prenne le temps de s'installer dans le silence de son coeur pour y puiser la force de sa résolution. Et une fois prise cette résolution, y être fidèle sans la remettre en cause. Le mieux, ensuite, est de s'en remettre à la force de l'Univers et d'abandonner toute cuisine mentale.

    Demain est un autre jour, et nous devons faire confiance à l'intelligence de la Lumière qui nous guide et sait bien mieux que nous ce qui est bon et bénéfique pour nous-même, et l'humanité toute entière.

    Très gros bisous de tendresse.

    • Voir les réponses
    2
    Jeudi 11 Mai à 10:30

    Tu as merveilleusement résumé ce que je pense, mais parfois je me dis que notre coeur n'a pas toujours toute sa raison, et c'est bien là qu'il nous faut prendre le temps de méditer ...... pour moi le mot instant à une connotation très spontanée et ça m'inquiète toujours un peu clown

    Gros bisous ma belle et à bientôt

    • Voir les réponses
    3
    Samedi 13 Mai à 04:59

    En lisant le texte, je me disais "Ohlala, je vais me trouver devant un texte implicitement moralisateur sur les bienfaits de l'intuition ou "ici et mainetnat", le "être"... Et puis, j'ai continué et j'ai lu les commentaires. A partir du moment où le choix du coeur, c'est aussi l'ERREUR de l'instant, ça me va ! Nulle recherche de performance ou d'efficacité  à tout prix. Je suis assez échaudé et remonté contre les nouveaux diseurs de bonne aventure que ce sont les coaches en développement personnel qui manquent souvent de la + élémentaire compassion pour ceux qui leur achètent leurs livres et leurs méthodes standardisées au maximum. Et ce texte aurait pu être écrit par eux s'il n'y avait eu cette référence à l'erreur, la faiblesse si humaine, le mauvais choix qui blesse et coûte beaucoup parfois. Du coup, ça me rassure. Devenir un être efficient, hyper-performant... ce n'est pas moi. Et ça me gonflerait d'ailleurs ! L'acceptation de l'erreur = être libre d'être soi en dépit du regard des autres et des conséquences.

    • Voir les réponses
    4
    Dimanche 14 Mai à 10:52

    "Le cœur a ses raison que la raison ne connaît point." Blaise Pascal

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :