• Les petites mains

    Les petites mains

    Claude Monnet - "Les petites mains"

     

     

    La douce jouvencelle au regard innocent,

    D'un petit pas timide est entrée dans le pré,

    Répondant à l'appel du généreux printemps,

    Sur l'herbe un peu humide elle pose les pieds.

     

    Se gardant du soleil sous son chapeau doré,

    Ses yeux se ferment un peu du trop plein de lumière,

    Comme si le sommeil, doucement, l'emportait,

    Dans le parfum moelleux des arbres et de la terre.

     

    Ses deux petits poignets serrés comme en prière,

    Voudraient s'ouvrir au vent mais se ferment, craintifs,

    Tandis qu'attend le chien, de son allure fière,

    A ses pieds impatient, à son ordre attentif.

     

    Quelles sont ces pensées qui viennent dans sa tête,

    À l'appel de l'oiseau qui chante au-dessus d'elle 

    Et des parfums de mai de la nature en fête ?

    Se dit-elle "Que c'est beau !", la jolie demoiselle ?

     

    Sérénita


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :