• 10 commentaires
  • Histoire issue de la tradition soufie :

    Un vieil homme était assis à l’entrée d’une ville. Un étranger venu de loin s’approche et lui demande : « Je ne connais pas cette cité. Comment sont les gens qui vivent ici ? » Le vieil homme lui répond par une question : « Comment sont les habitants de la ville d’où tu viens ? » « Égoïstes et méchants, lui dit l’étranger. C’est pour cette raison que je suis parti. » « Tu trouveras les mêmes ici », lui répond le vieillard.

    Un peu plus tard, un autre étranger s’approche du vieil homme. « Je viens de loin », lui dit-il. Dis-moi, comment sont les gens qui vivent ici ? » Le vieil homme lui répond : « Comment sont les habitants de la ville d’où tu viens ? » « Bons et accueillants, lui dit l’étranger. J’avais de nombreux amis, j’ai eu de la peine à les quitter. » Le vieil homme lui sourit : « Tu trouveras les mêmes ici ».

    Un vendeur de chameaux avait suivi la scène de loin. Il s’approche du vieillard : « Comment peux-tu dire à deux étrangers deux choses opposées ? » Et le vieillard lui répond : « Parce que chacun porte son univers dans son cœur. Le regard que nous portons sur le monde n’est pas le monde lui-même, mais le monde tel que nous le percevons. Un homme heureux quelque part sera heureux partout. Un homme malheureux quelque part sera malheureux partout.


    4 commentaires
  • Ceux qui ont des yeux pour voir

     

     

    Évitez ceux qui disent : « Voilà, je ne vais pas plus loin ».Parce que ce qu’ils n’ont pas saisi c’est que ni la vie ni la mort n’a une fin ; ils ne sont qu’à des étapes de l’éternité.

    Restez près de ceux qui disent : « Tout va bien comme c’est, mais nous avons encore besoin de progresser. »Parce qu’ils ont besoin de comprendre les choses au-delà de l’horizon connu.

    Évitez ceux qui se rencontrent pour discuter, se prendre au sérieux et se montrer prétentieux, de toutes décisions que la communauté doit prendre. Ils comprennent la politique, ils tentent d’impressionner les autres et de montrer combien ils sont sages. Ce qu’ils ne comprennent pas c’est qu’il est impossible de contrôler quoi que ce soit. Jusqu’à la chute d’un cheveu de votre tête.

    La discipline est importante, mais il faut laisser les fenêtres et les portes ouvertes à l’intuition et à l’inattendu.

    Restez près de ceux qui chantent, racontent des histoires, profitent de la vie et dont les yeux brillent de bonheur. Parce que le bonheur est contagieux et parvient toujours à trouver une solution, là où la logique ne fait que trouver une explication à l’erreur commise.

    Restez près de ceux qui aiment permettre à la lumière de Dieu de briller sans restrictions, jugements ou récompenses, sans la laisser être bloquée par la peur d’être mal comprise. Peu importe comment vous vous sentez, levez-vous chaque matin et préparez-vous à laisser votre lumière rayonner. Ceux qui ont des yeux pour voir verront votre lumière et seront enchantés par elle.

    Paulo Coelho


    26 commentaires
  •  

    Le poète amoureux de l'amour

     

    Amoureux de l’amour, le poète aspirait

    Aux serments de toujours en chaque cœur croisé,

    Sans savoir qu’en son âme hélant l’amour parfait,

    Vivait déjà la femme à laquelle il rêvait.

     

    En son désert pierreux il faisait des détours,

    Cherchant le rai heureux d’un cristal de velours

    Qui pourrait endormir un temps sa nostalgie

    De ces tendres soupirs à l’aurore endormis.

     

    De mirage en chimère il traquait sa tristesse

    Pour mieux la délivrer puis l’enrober de liesse,

    Mais rien ne parvenait à libérer son cœur

    Qu’il croyait condamner à d’amères rancœurs.

     

    Il allait et venait, entre rires et larmes.

    Quand son cœur explosait d’un éprouvant vacarme,

    Sans savoir que jamais il n’avait été seul,

    En son être imparfait prisonnier d’un linceul,

     

    Puisqu’en son âme était l’unique vérité

    Par son cœur révélée : la nommée Liberté,

    Dont l’autre nom « Amour » est plus bel étendard

    Qu’un serment de toujours déposé au hasard.

     

    En son âme est le vent qui fait vibrer le monde,

    En son âme est l’instant de vérité féconde,

    En son âme est le feu qui fait fondre la glace,

    En son âme est le peu qui allume l’espace,

     

    En son âme est la voie qu’il cherche en chaque aurore,

    En son âme est la joie brillante comme l’or.

    Et sur l’onde endormie sous la lune amoureuse

    L’infini lui sourit en ses rimes rêveuses.

     

    Sérénita


    4 commentaires
  • Bonne et heureuse année 2018 !

     

    Chers amis,

    En ce début d'année 2018, je viens vous souhaiter à tous de merveilleux moments de vie

    en compagnie de tous ceux que vous aimez,

    de jolis rêves à réaliser,

    du temps pour aimer, chanter danser, créer,

    pour vivre et faire vivre tout ce qui vous fait vibrer,

    et une excellente santé pour vous y aider.

    Bonne et heureuse année 2018 !

    Avec toute mon amitié,

    Sérénita

     

    Bonne et heureuse année 2018 !

     

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires